S'identifier - Contact

La meilleure défense...



Archive : tous les articles


Contamination du Rhône aux PCBs

• 0 commentaires  • Lu 2004 fois • Version imprimable


Les industries impactantes de la vallée du Rhône au sud de Lyon, installées bord à quai du Rhône ou du canal ont à l'évidence une grande part de responsabilité dans cette pollution. Limiter l'impact à la pêche professionnelle ou de loisir voudrait ignorer les conséquences prévisibles sur la santé des riverains de ces zones.

Si l'eau est contaminée, quid de l'air ?... Des associations se battent pour imposer des études épidémiologiques.
Ainsi, à Salaise-sur-Sanne au sud de Lyon, GDE (Guy Dauphin Environnement) dispose d'un broyeur pour traiter ses VHU (Véhicules Hors d'Usage). Sur ce type de broyeur, faute de pratique rigoureuses, les combustions spontanées sont fréquentes et s'apparentent à une incinération sauvage. Comme il n'y a aucun système de traitement des fumées et des gaz toxiques, ils se dispersent dans l'air et migrent dans l'eau.

Certaines de ses installations sont "bord à quai" (Montoir de Bretagne, Salaise, Caen, etc.), une partie non négligeable de ses produits finis est expédiée par voie d'eau. Dans ces milieux sensibles, le risque rémanent de pollution liées à ces installations impactantes est évident.
Les pratiques contrevenantes de GDE ont contraint certains services de l'état à émettre des injonctions sur plusieurs de ses sites. Au siège social de GDE, sous la pression de l'association AREU, le Préfet a imposé une commission de suivi afin d'encadrer les pratiques de cet opérateur.

Est-il bon de soupçonner GDE d'être pour partie impliqué dans la pollution de la zone,on peut le craindre. Son activité broyage, l'a-t-elle amenée à traiter des transformateurs au pyralène ?... N'est elle pas responsble d'émissions gazeuses aussi toxiques ou neuro toxiques. Sommes nous certains qu'il n'y a aucun risque de rejet liquide?...

Sanc craindre de lasser, il convient de rappeler que GDE est administée par Marc de Turkheim et Claude Dauphin, eux aussi dirigents de la nébuleuse société TRAFIGURA. Cette société est gravement impliquée dans l'empoisonnement de vingt personnes à ABIDJAN en 2006, suite au déversement de déchets toxiques.
L'association VIVRE ICI, (tel 08 75 46 56 61) lutte avec un certain succès pour le respect des normes d'émission de l'ensemble de la zone industrielle ou sont implantées les installations de TREDI (qui est chargée de détruire les déchets de Côte d'Ivoire et de GDE dont les administrateurs sont impliquées dans le déversement ce ces déchets)... curieux hasard.

Les services de l'état qui avaient manifesté un empressement tout relatif pour imposer des contraintes aux industriels se sont re-mobilisés. Sous l'autorité du Préfet, et grâce à la pugnacité de VIVRE ICI, une commission de Suivi Environnemental Global de la Zone de Salaise sur Sanne va se mettre en place avant la fin de l'année.
C'est peut être à ce moment là que seront
découvertes les origines des pollutions.
La pollution n'est à l'évidence pas le seul fait du PCB. Il faudra quantifier les métaux lourds et autres toxiques émis par cette zone. Elle est d'importance quant on a conscience de la massification des industries impactantes dans ce couloir rhodanien, avec son cortège de pratiques industrielles peu respectueuses des contraintes sanitaires et environnementales, une banalisation des risques venant des services de l'état.

Il faut savoir qu'à ce jour, aucune étude d'incidence sur le phénomène cumulatif n'a été menée dans cette zone.
Cette étude devra, outre le contrôle des activités industrielles, prendre en compte l'incidence de la circulation intense dans ce "couloir à camions", mener des études épidémiologiques qui prendraient en compte l'impact cumulatif de ces activités...

 

Extrait du site www.dechetcom.com

Déchet - Contamination du Rhône aux PCBs
Cliquer pour agrandir l'image


Mots-clés : , , , ,

Actualités : cliquer sur les titres pour afficher l'article