S'identifier - Contact

La meilleure défense...



Archive : tous les articles


« L’est gonflé çui-là »

• 0 commentaires  • Lu 37 fois • Version imprimable


« L’est gonflé çui-là »


Cette réflexion, nous l’avons entendue à la fin du discours d’Alain Lambert au Haras du Pin, lors de la réception des champions olympiques médaillés du concours complet de Rio.

Nous avions noté depuis quelques temps, une discrétion de bon aloi de notre valeureux Président du Conseil Départemental qui, au fil de l’actualité judiciaire et prenant acte des décisions de justice, mettait quelques bémols à son soutien zélé au projet de décharge de Nonant le Pin.

Sa nomination à la Présidence du conseil d'administration du nouvel établissement public administratif (EPA) du Haras national du Pin a fini de le transformer.

Cette distinction, donne un brevet de rédemption, à celui qui n’aura jamais à faire acte de contrition.

Nous pourrions pourtant être tentés de reprendre ses déclarations de conformité et les écrits zélés, au bénéfice de GDE le porteur du projet mortifère de la décharge de Nonant le Pin, mais peut-être est-il temps de « poser les couteaux ».

Dans cet esprit de conciliation sommes-nous néanmoins autorisés à évoquer certaines envolées lyriques du blog d’Alain Lambert du 19 août (véritable ode au Pin et à sa région) où il endosse l’uniforme du Général-prophylacteur d’une activité équine et équestre qu’il a un temps mise à mal… Peut-être à mal à en mourir, jetant la désolation sur toute une région.

Nous sommes désormais rassurés quoique que les photos mises en ligne sur son blog dévoilent un sourire carnassier… Aime-t-il à ce point le cheval ? Ou le pouvoir et ses prébendes, ou les trois ?... Quelles missions va-t-il confier à ses thuriféraires Pelleray et Bigot ?...

« Ce 19 août, au Haras National du Pin, c’était un grand bonheur partagé par tous de de fêter nos médaillés olympiques. Nous avons souhaité le faire au Haras national du Pin, lieu mythique. Lieu où concourent comme en 2014, à l’occasion des Jeux équestres mondiaux, les meilleurs mondiaux du Concours Complet, lieu où se tient actuellement le Grand Complet. Lieu dont le cœur a battu si fort durant les moments si riches des JO de RIO. (…)

L’Orne n’a jamais porté avec autant de fierté son emblème cheval. Mieux, nos médaillés nous ont offert un sentiment inestimable, celui de mériter cet emblème. Ils ont fait vivre la devise « calme, en avant et droit » qui est au fondement des valeurs équestres.

La cérémonie s’est tenue au Haras national du Pin, une merveille forgée par 300 ans d’histoire et dont le potentiel est immense : sport, patrimoine, culture, espace muséographique, accueil de groupes, formations… Ce sont plus de 100 jours de compétitions hippiques qui sont organisées, dont le Grand Complet, une magnifique rencontre qui rassemble toutes les générations.

(…) C’est le serment du Pin, le serment de sa renaissance à laquelle nous nous engageons tous. Le Conseil départemental de l’Orne est un acteur majeur du développement de la filière équine et des rendez-vous sportifs d’envergure internationale. Aujourd’hui, il est le garant de la volonté des Ornais de faire revivre le Pin. »


Et dans Ouest-France :

« L’Orne n'a jamais aussi bien porté son emblème cheval », s'est ému Alain Lambert, président du conseil départemental de l'Orne, vendredi soir lors de la cérémonie hommage à Astier Nicolas, cavalier toulousain ayant des racines ornaises, et son coéquipier Thibaut Vallette.

Le président ornais, également président de l'établissement public du Haras, a profité de l'occasion pour réaffirmer sa volonté de redonner sa grandeur au Pin qui a fêté ses 300 ans l'an dernier :
« C'est un lieu qui fut mythique et qui est impatient de le redevenir. [...] Je fais, devant nos champions, le serment du Pin qui est le serment de sa renaissance. »

 

Ouf, nous sommes passés tout près du naufrage, de cette région vouée à l’excellence équine, mais pour utiliser une métaphore marine (incongrue ici, quoique, peut-être avons-nous en voile un compétiteur olympique dont les grands parents ont des origines Ornaises, alors, notre barreur en chef du Conseil Départemental, n’aura cesse d’organiser une réception des compétiteurs au lac du Mêle sur Sarthe).

Nous sommes assurés désormais que le Grand Timonier du Conseil départemental, aussi le Président de l’Etablissement Public du Haras du Pin, cet ancien Ministre, ancien Sénateur, ancien Magistrat de la Cour des Comptes, ancien vice-président du Conseil Régional, ancien Maire d’Alençon, ancien Président de la communauté Urbaine, ancien Conseiller Général du canton d’Alençon, puis de Putanges et ancien Conseiller municipal de St Céneri, et toujours Médiateur des Normes, aura à cœur de mener le Département de l’Orne, devenu première Métropole Départementale en France, sur les routes de la félicité et de la prospérité .

Terminer ce blog, sans évoquer la quête sans limites d’une filiation départementale de notre héros, honoré au Haras du Pin, nous ne pouvons y résister. Il est vraisemblable que la plupart des athlètes engagés à Rio, avaient eux aussi les mêmes racines lointaines que celles évoquées par notre Vénérable Président.

Que dire alors des départements ultramarins, véritables pépinières de champions, toutes disciplines confondues.

Enfin, lorsque notre grand Timonier troquera sa veste siglée du 61 d’usage, contre un kimono, peut-être se souviendra-t-il des quelques jeunes judokas, eux parfaitement Ornais, qui seront nos prochains représentants à Tokyo, ces jeunes souffrent de l’oubli dans lesquels les autorités les confinent, réduits à la diète financière, même si l’argent n’est pas leur moteur essentiel…

Le zélateur de service : René Hamel

 


Mots-clés : , , , , , , ,

Actualités : cliquer sur les titres pour afficher l'article