S'identifier - Contact

La meilleure défense...



Archive : tous les articles


De Jiminy Cricket à Alain Lambert, message de soutien

New-York le 28 Mai 2015, Central Park, 3h 16 / UDT

• 0 commentaires  • Lu 432 fois • Version imprimable



New-York le 28 Mai 2015, Central Park, 3h 16 / UDT


De Jiminy Cricket à Alain Lambert, message de soutien


Mon Cher Alain,

Je ne pouvais te laisser partir seul aux States au moment où, dans les journaux de ce coin de France, cette Orne que tu dis chérir, que certains détracteurs assimilent au « trou du cul du monde »(1), peuplé de « percherons ignares »(2), on te cherchait encore des poux dans la tonsure. Je comprends que tu sois indigné, voire courroucé, voilà que des manants et quelques hobereaux, même une Ministre, osent, sans te prévenir, fouler l’herbe de l’Eden, dont on t’a confié la mission de sauvegarde : j’ai nommé, les communs du Haras du Pin.

Tu as mille fois raison de te méfier de ces gens-là, ils sont venus à pied, mais reviendront sûrement à cheval, en auto, peut-être même feront ils la vidange de leurs engins sur les pelouses dont tu as la responsabilité. Ou bien iront manifester en ton palais d’Alençon…

Des mauvaises langues ont prétendu qu’outre les troubles de mémoire, tu aurais depuis peu, des digestions difficiles : la nourriture étasunienne ? Pour cela, il ne manque pas à N.Y. de bons praticiens. Il se dit aussi que certaines décisions de justice te resteraient sur l’estomac, t’occasionnant des remontées acides, attribuant ces reflux à tes engouements bafoués pour une décharge décédée mort-née et ses tuteurs.
Tu t’es toujours défendu avec véhémence, à défaut de conviction. Mais rassemble tes souvenirs, rappelle-toi, à l’émission
« la voix est libre » sur France 3, tu affirmais : « Je ne suis jamais intervenu devant le gouvernement et l'autorité préfectorale pour favoriser l'implantation. Je n'ai exercé aucune influence pour inverser le point de vue des uns ou des autres ». Pourtant, le 13 janvier 2010 tu fus, à ta demande, avec Claude Dauphin et René Garrec, reçu à l’Elysée, là tu te plaignais de l’attitude du Préfet Maréchaux. Souviens-toi bien, tu affirmais : « Je suis allé à cette réunion à l’invitation de René Garrec »… Faux, c’est toi, Alain, qui a sollicité le rendez-vous et Garrec ne se souvient même plus de ce RDV.

Tu écrivis à Kosciusko-Morizet le 7 mai 2011, pour que, par « recours hiérarchique », elle contraigne le Préfet de l’Orne à prendre l’arrêté de prescriptions... Tu justifiais cette démarche pour permettre aux opposants de faire recours, alors que, nous savions toi et moi qu’il en était autrement puisque tu écrivais dans ce même courrier : « le Gouvernement souhaite le succès de l’économie française, il pourrait en la circonstance veiller à ce que ses représentants ne s’appliquent pas à faire le contraire ». Tout cela parce que le Préfet de l’Orne allait relancer l’étude du dossier sur de nouveaux critères environnementaux. Souviens-toi, la Ministre te donnera satisfaction par courrier du 22 juin 2011.

Je tiens à te rappeler tout cela, pas comme directeur de conscience, mais comme tuteur mémoriel.

Revenons à l’affaire dite de « l’Hippodrome-de-le-bergerie-du-Haras-du-Pin », et ton courrier au Procureur d’Argentan. Tu as bien raison de te prémunir, car, manquant de la courtoisie la plus élémentaire, ceux qui ont cru bon, naguère, sur la foi de pseudo journalistes de te clouer au ban d’infamie, toi, et ton valeureux Alain Pelleray, ont commis quasiment un viol des lieux dont tu es le gardien sacré. Tu te souviens, Alain Pelleray, ton ami patenté dont tu as à juste titre fait le panégyrique lorsqu’il a quitté ta vénérable institution qu’il a eu lui, l’honneur de servir, alors que des mécréants osent dire qu’il s’est servi autant qu’il a servi.

Toi qui est le génie du syncrétisme (et de la simplification des normes), pourquoi ne réunis tu pas les deux emblèmes d’Alençon et du Haras du Pin autour d’une exposition sur la dentelle d’une part, et sur la plus noble conquête de l’Homme, le cheval. Pour ce faire, tu avais sous la main, un expert, maintenant libre de tout engagement, qui connaissait parfaitement la dentelle, notoirement le Point d’Alençon, souviens toi, ton ami Alain.

Comme partir, c’est mourir un peu, se prémunissant d’une telle affection, il a gardé un pied dans ta maison. Pour le joindre, il suffit de passer un coup de fil au service économique du Département de l’Orne, où il était encore joignable semaine dernière, alors que de mauvaises langues le disaient en retraite.

D’arrache-cœur, ce maestro de l’ingénierie commerciale va quitter les antichambres douillettes où il avait élu domicile depuis vingt années. Il se dit en recherche d’emploi. Il aurait fondé un cabinet d’assistance à collectivités et entreprises dans la recherche de relais administratifs, commerciaux, capable d’activer les leviers financiers… Dis donc, ce n’est pas le job pour lequel il était rémunéré ces dernières années au Conseil Départemental ?... Chez nos esprits tordus, l’exploitation de son carnet d’adresse et de sa notoriété à des fins personnelles, cela ressemble à du déjà vu… Toi, l’expert juridique, prémunis-le des turpitudes du conflit d’intérêts.

Enfin, maintenant qu’il est parti, vas-tu activer la plainte que tu avais promis en séance plénière du Conseil Général d'octobre 2012. Souviens-toi de ta promesse, en réponse à une question d'un Conseiller concernant ta signature que tu affirmais être un faux au bas d’un document, traitant la compatibilité avec le PEDMA, puis une autre, sur un post-it accompagnant ce projet de texte adressé à GDE. A tes conseillers, tu promettais solennellement une enquête pour savoir qui avait signé le document de compatibilité en ton nom…

J’entends dans mon oreille gauche, une petite voix qui me dit que ces faits seraient prescrits ; quel dommage, tu aurais pu transmettre au Procureur, d’Argentan où d’ailleurs, non pas une plainte, simplement, comme a écrit ton cabinet, mais « signaler au Procureur de la République, comme c’est dans ses obligations. Il a pris la précaution de ne pas qualifier en droit, ni de communiquer à son sujet, afin de n’alimenter aucune polémique » à propos des sacrilèges qui ont osé fouler le gazon de « ton » hippodrome de la Bergerie.

Enfin, vénérable Maître en toutes choses, je nous souhaite bon séjour aux States (comme tu dis). Je vaque à mes occupations, de chaines en acacia. Si tu avais un moment de disponible et s’il t’était donné de le croiser, peux-tu, de ma part, demander à Obama combien de milliers de tonnes de bombes, « à sous munitions », il a pu vendre à l’Arabie Saoudite ; mes amis, humanitaires au Yémen m’ont rapporté ce fait, me disent que des centaines d’enfants arrivent, mutilés par ces « cadeaux » tombés du ciel. Mais comme le dirait un autre : « c’est un mensonge, une affabulation, une diffamation ; je vais déposer plainte… »(3).


Bon, Alain pense à rentrer, on a besoin de toi, et puis, il fait beau !

Tu rentres quand, on pourrait faire voyage de retour ensemble ?...

Ton Jiminy Cricket dévoué, René Hamel


(1) - (2) - (3) – Notes d’auteur



Dernière minute…

Sur son blog du 27 mai 2015, Alain Lambert publie un texte dont nous avons extrait la quintessence, tant il trouve un écho contraire dans les pratiques surprenantes de notre édile. Les obligations qu’il relève ci-dessous, il les applique « à constante variable » s’en affranchissant lorsque cela l’arrange. Lisez d’abord sa justification d’un courrier qu’il a adressé à M. le Procureur de la république d’Argentan concernant ce qui devient : « l’affaire de l’hippodrome de la prairie du Haras du Pin ». M. Lambert écrit :

« Certaines fonctions fixées par les lois et règlements soumettent à des obligations ceux qui les exercent. Un Maire, un Président sont responsables de l’utilisation des biens placés sous leur protection. Si des faits s’y produisent, incertains dans leur licéité, il ne leur appartient pas de les juger. Ils ont, en revanche, l’obligation de les « porter à connaissance » du Procureur de la République, qui est le magistrat chargé de veiller à l’application de la loi. Les signalements qui lui sont faits n’ont pas tous vocation à entrainer la saisine des tribunaux, c’est sa libre appréciation. Parfois un simple rappel à la loi suffit. Les Chefs d’Exécutifs ont un devoir de signalement, la suite ne leur appartient pas. »

Cela rappelle l’affaire des signatures. Le 18 décembre 2007, le Conseil général admet la compatibilité de la décharge de Nonant le Pin avec le Plan Départemental de gestion des déchets de l’Orne, élaboré sous l’autorité du Conseil général. Ce document est signé Alain Lambert Président (ce dont se défend Alain Lambert, il affirme à l’émission La voix est Libre sur France 3 qu’il ne pouvait avoir signé puisque ce jour-là il était précisément dans les locaux de France 3, pour une autre émission… Il évoque une signature automatique).

Plus grave, le projet de la note incriminée est transmis par le greffe du tribunal administratif de Caen, aux avocats. Nous constatons que c’est le même libellé, le même document agrémenté d’un post-it manuscrit où figure la griffe d’Alain Lambert. Et le N° de téléphone du porteur de projet, M. Fouillaud.

Interrogé en séance plénière par un conseiller, juriste de son état, il s’offusque de sa mise en cause et promet une enquête… Qui ne viendra jamais (les documents officiels, et les commentaires de M. Lambert sont lisibles sur notre site, à l’article « lettre aux conseillers généraux de l’Orne »).

Ces faits sont graves, il pourrait s’agir de faux en écritures publiques, et usurpation de titre et de signature, des faits lourdement punis(1). Suite à votre profession de foi ci-dessus, nous ne doutons plus un instant, Monsieur le Président, que vous ayiez saisi Monsieur le Procureur de ces faits gravissimes.

Avec tout notre irrespect
René Hamel

(1) - Article 441-4 du Code Pénal, modifié par l'Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002 :

« Le faux commis dans une écriture publique ou authentique ou dans un enregistrement ordonné par l'autorité publique est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende.

L'usage du faux mentionné à l'alinéa qui précède est puni des mêmes peines.

Les peines sont portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225 000 euros d'amende lorsque le faux ou l'usage de faux est commis par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public agissant dans l'exercice de ses fonctions ou de sa mission. »




Mots-clés : , , , , , , , , ,

Actualités : cliquer sur les titres pour afficher l'article