S'identifier - Contact

La meilleure défense...



Archive : tous les articles


Lettre aux Ornais

Alain Bobard-Lambert et ses 42 moutons (suite… sans fin…)

• 0 commentaires  • Lu 40 fois • Version imprimable


Lettre aux Ornais




 
Alain Bobard-Lambert et ses 42 moutons (suite… sans fin…)

Votre Président du Nouveau Conseil Départemental persiste à vous considérer comme des demeurés (surtout les Percherons « dixit Alain Lambert »)

  • Notre Président Alain LAMBERT a maintenant admis que « La loi n°75-633 du 15 juillet 1975 a donné aux Conseils Généraux la prérogative “ mise en place des plans départementaux de traitement des déchets ménagers et assimilés “ ». Nous ne le savions pas et c'est à ce titre qu’il a déclaré compatible le dossier GDE de Nonant-le-Pin.
  • Sur ses mensonges récurrents : « je n’ai eu connaissance du dossier qu'en 2009 »… Nous avons prouvé dans des documents précédents que cela était faux. Le document portant sa signature était un faux disait-il. Il devait engager une enquête pour savoir qui a signé le document de compatibilité en son nom… Nous attendons depuis deux ans...
  • Le florilège de mensonges perdurant, à la séance plénière du Conseil Général du 26 septembre 2014, il affirme n’être jamais intervenu pour favoriser le dossier… : « Je ne suis jamais intervenu devant le gouvernement et l'autorité préfectorale pour favoriser l'implantation. Je n'ai exercé aucune influence pour inverser le point de vue des uns ou des autres ». Faux encore, et nous l’avons prouvé dans un billet précédent. Alain Lambert persiste dans ses mensonges en prétendant que son courrier à NKM était destiné à « permettre aux opposants de faire recours ».
Il oublie les paragraphes les plus importants de ce courrier : « j’ai l’honneur de solliciter votre plus vive attention sur les conséquences économiques…/… l’image de l’état et de notre département, pour l’accueil d’entreprises risque d’être sérieusement affectée…/… Le gouvernement souhaite le succès de l’économie française, il pourrait en la circonstance, veiller à ce que ses représentants ne s’appliquent à faire le contraire »… Fermez le ban, cher Président menteur et dissimulateur.
  • Dans le dernier J.D.D, il est fait état de la transmission d’une plainte pour prise illégale d’intérêt contre Alain Lambert et Alain Pelleray son ex directeur de Cabinet. Cette plainte déposée à Argentan fut transmise à la section financière du Parquet de Paris. Le Parquet financier de Paris a transmis le dossier le 19 décembre 2014 à l’Office Central Contre la Corruption et les Infractions Financières. Nous respectons la présomption d’innocence, mais le Parquet a jugé qu’il y avait suffisamment d’éléments pouvant justifier la saisie de l’Office…
Il s’agit de relations commerciales entre la SEP propriété de la famille Pelleray où Alain Pelleray est actionnaire, de favoritisme envers les sociétés de la famille (marchés passés sans appel d’offre, SEP et Wiconnect).
  • Le Directeur de Cabinet d'un département qui gère le plan d'élimination des déchets qui est actionnaire de la société familiale qui traite ces déchets. Est-ce moral ?

L’avocat d’Alain Lambert, Cyril Fergon, confiait que : « Alain Lambert ignorait les liens commerciaux entre son Directeur de Cabinet d’alors. Il aurait aimé en être informé mais il n’a pas de raison de suspecter son collaborateur d’une quelconque malhonnêteté. »

Mensonge encore, sur notre site et nos blogs, les commentaires traitant des comportements abusifs sont largement évoqués depuis dix ans. Par courriers, nous informons les intéressés : Lambert, Pelleray, les Préfets, les Procureurs des faits reprenant ces agissements « à la marge ». Alain Lambert se borne à évoquer des mensonges, des diffamations. Pourquoi depuis tant d’années ne portent-ils pas plainte ?...

Une activité récurrente du Président Lambert est le recyclage, non des déchets comme la SEP de son ami Pelleray, mais le recyclage d’anciens élus fidèles parmi les fidèles en administrés. Ce fut le cas pour Mme Roimier (ex maire d’Alençon) recasée au service économique du département, placard doré où elle mit quelques années avant de produire un travail à la mesure de son poste. Ce fut le cas aussi de Christophe Bouscaud son chef de Cabinet à la ville d’Alençon recasé Directeur général d’Orne Habitat.

Il persiste : le « recycleur en chef » Lambert a affecté l’ancien Conseiller Général du canton du Merlerault et aussi ancien président de la communauté de communes, Philippe Bigot, défenseur acharné de la SEP et du site GDE de Nonant le Pin. Ce fidèle des soirées des comices agricoles, ancien échotier de son état, a pris un poste à mi-temps au service communication du Département. Ses capacités en matière de communication doivent être considérables pour qu’il soit choisi sans appel à candidature comme c’est la règle. S’il s’ennuie dans ses nouvelles fonctions, il pourra toujours distraire son grand ami Alain Pelleray, « mis à l’ombre » depuis trois années au service économique du département, avec maintien des avantages et du salaire de Directeur de Cabinet…

Et, ce Alain Lambert aurait la prétention de nous donner des leçons de probité…
 
Mensonges, contrevérités, prébendes s'enchaînent chez Lambert, il menace de plainte, il ne fait rien.
 
Les affaires GDE-PELLERAY-SEP-WICONNECT vont révéler un des plus gros scandales qu’ait connu le Département de l’Orne.


Citoyennement

René Hamel, lanceur d'alerte

 

Mots-clés : , , , , , , ,

Actualités : cliquer sur les titres pour afficher l'article