S'identifier - Contact

La meilleure défense...



Archive : tous les articles


« On a pris toutes les garanties concernant le site GDE de Nonant-le-Pin »

• 0 commentaires  • Lu 1094 fois • Version imprimable



 
« On a pris toutes les garanties concernant le site GDE de Nonant-le-Pin »


Qui a osé, de façon péremptoire, déclarer cela :
  • un membre de la direction de gde (1) ?...
  • un expert hydrogéologue ?...
  • un préfet (1) de l’Orne grisé par la foule ?...
  • un éminent « sachant » de la dreal (1) Basse-Normandie ?
Ce n’est sûrement pas un des nombreux vigiles présents au cross du Mondial du Cheval (en termes de sécurité, un des leurs a péri noyé dans un bassin non sécurisé du site gde de Nonant-le-Pin).
Surement pas non plus les opposants qui luttent depuis plus d’un an pour faire valoir leurs droits.

Non, cette affirmation fut servie par un ministre « aux champs et en roue libre », stéphane le foll.

Lors du Concours complet du Mondial au Haras du Pin. Prenant le mors aux dents, en répondant au journaliste qui l’interrogeait sur le devenir du dossier GDE de Nonant-le-Pin, il fit cette saillie surprenante et brutale. Ayant trop tôt lâché la bride et se rendant compte de sa bévue, en rougissant, d’un mouvement rebelle de sa crinière argentée, il tenta de se sortir du bourbier où il s’était fourré.
Pensez donc, un ministre de l’Agriculture, donc concerné au plus haut chef, qui ose affirmer « qu’on a pris toutes les précautions… ». Cela sonne drôlement dans la tête de ce journaliste parfaitement au courant du dossier, c’est comme un aveu d’acquiescement du dossier GDE par ce ministre, donc par le Gouvernement, car un ministre en exercice ne peut que refléter la pansée, (pardon), pensée du Gouvernement en entier...

Si le foll dit avoir pris toutes les garanties en termes sanitaires et économiques comme il le dit, pourquoi ses collègues Laurent Beauvais et Yves Goasdoue ont-ils encore des craintes, pourquoi s’obstinent-ils à soutenir que ce dossier n’est pas bon et malfaisant pour la région.

Qui se trompe, ou qui trompe qui ?

Un peu de cohérence, messieurs les élus du Peuple, si le site n’est pas bon et le foll mal informé, mettez le donc au courant... pardon... à l'instant mon oreillette me dit qu’il était au courant ?...

Chez les opposants au site, certaines critiques reviennent en écho : « les politiques et le gouvernement nous mènent en bateau… Ils attendent la fin des jeux pour nous virer… Tous des menteurs… ». Le dernier avatar de le foll ne vient pas rassurer des opposants fatigués des promesses mais qui restent déterminés.

C’est vrai qu’ils peuvent avoir le cuir à vif avec le soutien inconditionnel ou servile de la majorité des conseillers généraux du département de l’Orne, toutes tendances confondues, et notoirement celui de leur président alain lambert, du soutien de cadres administratifs de cette assemblée (alain pelleray), de l’appui du syndicat agricole majoritaire la fdsea (qui a au nom de la filière équine donné son accord au développement de ce site), et de plusieurs politiques de haut vol :
  • alain lambert, ancien ministre de sarkosy, où il rencontra hugues moutouh (voir ci-dessous), ce lambert qui mentait hier sur sa primo connaissance du dossier, et ment encore quant il affirme la main sur le cœur n’avoir rien à se reprocher (c’est sur son intervention directe qu’il est donné à certains de rencontrer encore récemment le pollueur-maison, pdt de dauphin environnement, le sieur jean paul saison).
  • bernard cazeneuve ministre de l’intérieur a été un temps avocat chez august et debouzy (avocats de gde). Il est le supérieur direct de jean christophe moraud le préfet de l’orne et de michel lalande son conseiller, ancien préfet du Calvados.
  • hugues moutouh, ancien chargé des affaires juridiques au cabinet du président sarkosy, nommé préfet en 2009, a intégré en 2012 le même cabinet, august et debouzy, où il défendait les intérêts de gde… Me moutouh a fait pression sur le préfet de l’orne concernant le dossier gde de Nonant-le-Pin. Depuis le 1er septembre, ce moutouh voyageur vient d'être recruté par gde comme directeur général, il a commis son premier acte nauséabond lors d'une intervention sur France Bleue ou il déclare : « l'Etat et la région doivent prendre leurs responsabilités pour faire cesser le blocage du site d'enfouissement de déchets à Nonant-le-Pin. Ce blocage coûte plus d'un million d'euros par mois à l'entreprise. Cela fait dix mois que le site est bloqué, nous allons demander et obtenir plus de dix millions d'euros de dédommagement... ».
  • Avant-hier hugues moutouh fut nommé conseiller de sarkosy au moment où la ministre de l'environnement kosciusko morizet interdisait au Préfet de l'Orne d'alors, M. Maréchaux, de faire appel de la décision inique du tribunal administratif de Caen ; hugues moutouh devint préfet toujours nommé par sarkosy. A ce titre il rejoingnit le cabinet debousy chargé de la défence de gde et le voila directeur général de gde.
  • Pas regardant, ce professeur de droit, juriste, de diriger une entreprise-voyou sous le coup de plusieurs affaires judiciaires... Après les ors de l'élysée, les lauriers de préfet, la toge de défenseur de la veuve et de l'orphelin, le voilà patron de la « famille dauphin » ou la fange côtoie les refus de broyage. Joli plan de carrière...

Allons messieurs les gouvernants, qui dirige la France à ce jour ? Vous, où vos technocrates qui vous imposent leurs avis formels (nous n’osons chercher à comprendre leur motivation profonde, peut-être d'autres emplois chez gde ?...).

Ces technocrates qu'il convient de nommer :
  • la dreal de Basse-Normandie notoirement jean delmont, chef du service des risques technologiques,
  • le préfet de l’Orne jean christophe moraud,
  • l’ancien préfet de Basse-Normandie michel lalande, aujourd’hui secrétaire général du ministère de l'intérieur et haut fonctionnaire de défense (ce dernier n’a jamais fait mystère de son soutien au projet, n’est il pas au mieux avec jean paul saison ex pdt de gde ?
  • jean callewaert président du CESER de Basse-Normandie qui est par ailleurs administrateur de la fondation gde-écore et grand ami du même saison.

Nous allons, pour y voir clair et tenter d'informer le lecteur, créer un organigramme présentant les interférences et interactions des protagonistes de ce dossier sulfureux ; le seul énoncé des crabes qui grenouillent et grouillent dans ce marigot en rendrait plus d'un paranoïaque ou nauséeux. Espérons que ce document démontrera les corrélations et collusions entre tous…


Le rédacteur d’astreinte, par délégation

René Hame
 
(1) dans un texte comme celui-ci, la majuscule devrait présider aux noms propres, mais excusez cher lecteur, fallu-t-il encore que ce nom fut honorable. Définition d’honorable, Petit Larousse : « Qui est conforme à l'honneur, à la dignité, qui donne droit au respect, à la considération d'autrui ». L’autrui que nous sommes à OREEAT ne sait plus, tant de brumes et d’amertumes autour de ces noms, il nous est impossible d’avoir avis sur l'importance et l'intéret de ces majuscules oubliées, devenues minuscules par les noms et fonctions qu'elles caractérisent dans les faits.
Ces minuscules qui prétendraient requérir leur majuscule auraient à donner des gages sur leur honneur et leur probité pour réclamer le respect et la considération attaché à leur nom et à leur fonction.
Pour l'instant présent, elles suscitent mépris et amertume.

 

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

Actualités : cliquer sur les titres pour afficher l'article