S'identifier - Contact

La meilleure défense...



Archive : tous les articles


Lettre à M. SAISON, Président du conseil d’Administration de GDE

• 0 commentaires  • Lu 1420 fois • Version imprimable


Toujours pas décidé, malgré les extensions (Apprieux) les acquisitions (avec Guintoli, 63 ha à Guémené-Penfao) et autres.

Comme nous sommes pour une transparence totale dans nos actions (ce que M.Fouillaud traduit par : « il est trop con, il nous dit tout ce qu’il va faire »), tout nous porte à croire que vos comptables et leur petites mains vont devoir faire des heures sup pendant les vacances.

En effet, nous comptons dès la rentrée, (et j’ai l’aval du bureau d’OREEAT) demander aux DRIRE de vérifier les volumes RBA produits par tous vos sites, et leur suggérer de les comparer avec les bordereaux de remis dans les centres de traitement agréés où vous êtes supposés traiter ces déchets. Ceci dans le but évident d’identifier de probables « tombés du camion ». Nous n’osons penser, que dans la France entière, vous puissiez pratiquer comme chez nous, mais nous souhaitons aiguillonner la vigilance du corps social et la curiosité des services de l’Etat concernant ces risques de « migrations intempestives... »

Nous imaginons que la tâche sera complexe pour les services de l’Etat puisque ces matériaux sont susceptibles de transferts à l’intérieur de votre groupe. Nous comptons les aider sur les dossiers que nous connaissons et ceux que nous aurons le bonheur de découvrir d’ici là…

Votre refus d’explication (qui auraient pu nous convaincre que nous nous trompions sonne comme un demi-aveu), nos « découvertes » nous rassurent, puisque que vous avez décidé de traiter par le mépris nos demandes d’explication, nous allons devoir bûcher, pendant « nos » vacances…

Veuillez Agréer, Monsieur Saison, l’expression de notre courtoise défiance (motivée avouez le), et l’assurance de notre pugnacité.

Sentiments écologiques et citoyens

Hamel

Ps : A se revoir, au mieux, en lieu et heure qu’il vous plaira, au pire au prétoire, si vous jugiez que dans nos écrits passés, présents et futurs, il y ait préjudice d’image pour l’entreprise, ou si par hasard dans le cadre de vos dépôts illégaux, une plainte pour mise en danger de la vie d’autrui puisse être recevable, (il nous semble d’ailleurs que vos avocats soient conscients du risque…).


Mots-clés : , , ,

Actualités : cliquer sur les titres pour afficher l'article